– Art. 7 (suite) – Chapitre Exploitation – Retour d’expérience n°2

Le Dossier de Demande d’Autorisation d’Exploiter déposé auprès des services préfectoraux par la SAS SAINT-LOUIS ENERGIES, disponible à la consultation durant l’enquête publique, devait vous permettre, citoyens non initiés, de vous forger une opinion et à ce titre ne pas révéler d’inexactitudes, omissions ou insuffisances.  

Pour vous éclairer, les points ici traités seront répertoriés par chapitres (Urbanisme, Exploitation, Epandage, etc.) et rubriques (Inexactitude, Insuffisance, Omission, Infraction).

 

– Art. 7 (suite)– Chapitre exploitation – Rubrique Retour d’expérience n° 2  –

 

Vous avez pu, au travers du contenu de l’article 7 (du 25-02-15), mesurer :

  • La crédibilité des porteurs du projet GEOTEXIA, tant dans le domaine de l’expérience que de l’assise financière,
  • L’importance de la taille des installations, pratiquement identique à celle projetée par la SAS SAINT-LOUIS ENERGIES,
  • La similitude du modèle d’exploitation : Volume et répartition des intrants, valorisation de la cogénération, etc.

GEOTEXIA est entrée en activité en juin 2011, deux avant l’unité de Louzy portée par TIPER Méthanisation. (cf. Article 5)

 

Dans ce nouvel article nous allons retrouver des représentants de GEOTEXIA, devant une commission de l’assemblée nationale. L’interlocuteur principal, ce jour là et devant cette commission, était Monsieur Antoine JACOB. Il représente la société IDEX, exploitant technique de GEOTEXIA, mais il est aussi le président du Club Biogaz (cf. A.T.E.E. Association Technique Energie Environnement). Au travers des éclairages qu’il apporte à cette commission il va nous renseigner sur la situation de cette unité, son avenir et livrer sa vision du développement de la filière méthanisation.

 

Écoutez-le et soyez aussi attentifs à l’intervention de la dame qui l’accompagne.

 (Si la vidéo n’apparaît pas nous vous invitons à actualiser la page à  l’aide de l’outil actualiser situé en haut à gauche de votre écran)

 

3 millions d’euros de perte en seulement 30 mois d’exploitation !

Soit 100 000 euros de perte par mois !

(A la date de l’enregistrement seuls les chiffres des exercices 2011 pour 6 mois, 2012 et 2013 étaient pris en compte)

Les enseignements tirés par Monsieur Antoine JACOB à l’issue de trois années d’expérience

sont identiques à ceux de Monsieur Jean-Paul COSTES à Louzy !! (cf. Article 5)

(Visiblement aucun prince n’est venu se pencher sur la belle)

Ce n’est pas la méthanisation qu’il faut montrer du doigt c’est l’orientation que souhaite lui faire prendre les décideurs poussés par des lobbys attirés par la manne financière que représente le traitement des déchets.

Il est évident que la réussite de la transition énergétique sera conditionnée à la diversification des modes de productions d’énergies, mais les digesteurs ne doivent pas devenir les incinérateurs de demain. Et que dire de la qualité agronomique des digestats issus de ces ‘’usines’’, cette dernière nous conduit vers une pollution dispersée qui ne pourrait satisfaire que les citoyens pratiquant la politique de l’autruche ! (à la condition de ne pas pratiquer cette technique sur les parcelles concernées par le plan d’épandage)

 

Et voici sa conclusion !

 (Si la vidéo n’apparaît pas nous vous invitons à actualiser la page à  l’aide de l’outil actualiser situé en haut à gauche de votre écran)

 

La filière méthanisation fonctionnera si elle est développée sur une base agricole !

Que devons nous ajouter de plus ?

Appelons les autorités à réorienter les éleveurs vers des solutions proportionnées à leurs exploitations et arrêtons cette course à l’échalote !

A quoi bon polluer nos paysages et nos campagnes par des friches industrielles.

 

Bon week-end à tous et à lundi avec un nouvel article !

Tous les chapitres n’ont pas encore été abordés nous avons encore beaucoup à dire. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *